L’importance de favoriser le bien-être au travail dans son entreprise

bien-être au travail

Les chefs d’entreprise et cadres dirigeants se sont retrouvés devant le constat évident que le bien-être au travail est un élément essentiel pour stimuler la productivité des employés. Plusieurs critères doivent être réunis dans la sphère professionnelle pour créer un environnement épanouissant et propice aux innovations. L’importance du cadre est même soulignée par les textes de loi mis en vigueur pour protéger les salariés des risques physiques, psychologiques et sociaux. Dans cet article, nous allons donc nous intéresser aux mesures à prendre pour garantir aux employés des conditions de travail favorables et stimuler leur motivation.

La réalité de la souffrance au travail

Certains peuvent être choqués par le mot, mais de nombreux employés éprouvent bel et bien de la « souffrance ». Il s’agit d’un état de mal-être prolongé qui s’installe lorsque le mécontentement, le stress et la manipulation psychologique s’emparent du salarié. Ces sentiments sont alimentés par une conscience accrue que l’environnement dans lequel celui-ci évolue ne correspond pas ses attentes et que le traitement dont il fait l’objet le pousse à enfreindre ses propres limites.

Cette dévalorisation laisserait apparaître et vivre les symptômes du burn-out que le sujet peut ne pas appréhender avec autant de clarté. Selon une étude effectuée, en 2017, par le cabinet de recrutement Robert Half, 13 % des employés français éprouveraient ce sentiment de mal-être accablant au travail. La souffrance peut alors être due à différents facteurs, sachant que chaque être humain réagit à sa manière aux stimulus externes. Voici alors quelques causes répandues dans les milieux professionnels :

  • Le stress dû à une charge de travail et des responsabilités trop grandes.
  • Le manque de reconnaissance de la part des supérieurs hiérarchiques.
  • Un site de travail non sécurisé
  • Les tâches répétitives en continu
  • Une atmosphère de concurrence malsaine

Pour plus d’infos, rendez-vous sur idprevention.com.

Impact du bien-être physique et psychologique sur la productivité

Avant d’aborder l’aspect psychologique du bien-être, penchons-nous d’abord sur les menaces physiques. Ce n’est pas pour remettre en cause l’importance de l’épanouissement mental, mais le confort obtenu sur le site de travail arrive en premier lieu. Les bureaux doivent être agencés de manière ergonomique pour que chaque employé puisse s’y sentir à l’aise. Les équipements doivent aussi faciliter son quotidien pour l’amener à donner le meilleur de lui-même sans même se rendre compte. Seul un climat sécurisé et optimisé peut amener les employés à s’investir dans les taches qui leur sont assignées et à répondre aux exigences de leurs fonctions sans compromettre leur sûreté physique.

Par ailleurs, la sécurité physique ne suffit pas pour garantir l’épanouissement des employés. Le bien-être mental et psychologique l’est tout autant. Si vous souhaitez que vos salariés soient au top de leurs performances, expliquez-leur toujours l’intérêt de leur travail et la place qu’il occupe dans la dynamique générale de l’entreprise. De plus, apprenez à vos chefs d’équipes à féliciter les employés les plus motivés et à valoriser leur participation. L’autonomie est un critère d’une importance capitale si vous voulez assurer un climat propice à la productivité. Cela permet à vos employés de se sentir utiles et à augmenter la confiance qu’ils ont en eux-mêmes.

Le bien-être social : une histoire d’organisation

Du bien-être physique et psychologique découle le bien-être social. Cela signifie que vous ne devez pas prêter une attention particulière uniquement à l’épanouissement individuel de chacun de vos employés, mais essayer de créer une dynamique professionnelle qui encourage le travail en groupe. Les relations doivent être fondées sur la confiance et sur un respect mutuel pour mener des discussions constructives. De cette manière, vous allez pouvoir atteindre un objectif encore plus essentiel : installer un sentiment de motivation général qui porte l’entreprise vers plus de succès et, par conséquent, vers plus de rentabilité. Seule la qualité des rapports entre les employés garantit un rendement plus efficient.

D’un autre côté, vous avez le bien-être dit « organisationnel ». Il va sans dire que la distribution des taches sur les employés peut faire ou défaire le sentiment d’implication et d’appartenance à l’entreprise. En d’autres termes, si les horaires accordés à un salarié semblent le soumettre à un rythme difficile à tenir sur le long terme, le sujet concerné va être de plus en plus débordé. Notez qu’un planning surchargé est la voie directe vers un burn-out souvent irréversible. Ainsi, s’il est important pour vous et pour votre entreprise que vos employés soient la meilleure version d’eux-mêmes, assurez-vous qu’il y a bien un équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée.

Le bien-être au travail est la responsabilité des dirigeants !

Cela peut paraître évident, mais beaucoup de chefs d’entreprise l’ignorent : le bien-être des employés est entre leurs mains ! Le pouvoir décisionnel est confié aux structures dirigeantes qui doivent toujours vérifier que le personnel bénéficie d’un climat professionnel conforme au Droit du travail. Pour cela, vous devez mettre en place toute une stratégie pour avoir un œil constant sur les salariés et examiner leur évolution sur le long terme. Dès le repérage des premiers signes de burn-out ou d’insatisfaction, il faudra intervenir rapidement. Sachez que plus la réaction est rapide, moins les dégâts sont grands.


Une formation pour éliminer le stress au travail
Les équipes RH sont-elles protégées des risques psychosociaux ?